Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 19:48
NCIS

A voilà une série dont la devise aurait dû être celle de tout le monde et dont je suis une fan. Mon préférer et bien c'est Gibbs, le grand patron voici un petit résumer pour ceux qui ne connaitrais pas et c'est fâcheux. 

(dans l'ordre ci-dessous Jenny Shepard, Gibbs, Ducky, Abby, Tony, Ziva, Kate, Tim)


Cette série met en scène une équipe du Naval Criminal Investigative Service, commandé par l'agent spécial Jethro Gibbs. Ces agents spéciaux enquêtent uniquement sur des crimes ayant un lien avec le personnel de la Marine des Etats-Unis.
En plus de Gibbs, l'équipe est constituée d'Anthony "Tony" DiNozzo, l’officier Ziva David, agent de liaison détaché du Mossad, de Timothy MacGee (« le bleu »), d'Abigail  "Abby" Sciuto, une brillante et originale scientifique au look gothique, et enfin du docteur Donald « Ducky » Mallard, le médecin legiste saison ainsi que son adjoint Jimmy Palmer. A l'origine de la série il y avait aussi l'agent Caitlin « Kate » Todd qui meurt a la fin de la 2


Semper fidelis abrégée en "Semper Fi", signifie en latin «  Toujours fidèle ». Cette devise est connue pour être celle du corps des marines et de bien d’autres armées.




Leroy Jethro Gibbs : Accro au café de chez Starbucks, c'est le chef de l'équipe du NCIS. C'est un ancien sergent artilleur dans les Forces Spéciales de Reconnaissances des Marines, en tant que tireur d'élite, veuf d'une femme rousse, divorcé de trois autres, il a perdu sa première femme Shannon et sa fille Kelly dans un accident de voiture causé par un trafiquant de drogue mexicain. Homme très professionnel, il n'hésite pas à frapper sur le dos de la tête de DiNozzo (son bras droit même s’il ne le montre pas il veut le former à prendre sa relève) et de McGee, et quelquefois, de Ziva, et de Kate. Il est le modèle de DiNozzo et McGee. Bien qu'il ne l'avoue pas vraiment, Gibbs éprouve une affection particulière envers McGee et Dinozzo, même si cette affection n'est pas comparable à celle qu'il éprouve pour Abby ou à l'amitié qui le lie de longue date à Ducky.

 

Anthony « Tony » DiNozzo : Ancien flic de Baltimore c'est aujourd'hui l'un des assistants de Gibbs. Il est passionné de cinéma. Il est très gamin et fait souvent des coups fourrés à Kate et humilie McGee aussi souvent qu'il le peut. Mais après ce qui est arrivé à Kate, il change radicalement même s'il ne veut pas l'admettre. Gibbs a confiance en Tony et n'hésite pas à le laisser gérer la situation quand sa vie en dépend. Il se caractérise par un machisme typique vis-à-vis de ses collègues féminines et par un fort sentiment de supériorité, particulièrement à l'encontre de Timothy qu'il n'appelle que « le bleu » avec dédain. Tony se prend pour Gibbs (les remarques désobligeantes, les tapes derrière la tête, les grands gobelets de café alors qu'habituellement, Tony déteste le café...) quand ce dernier est absent.

 

Caitlin « Kate » Todd : Ancien agent des services secrets, ayant notamment assuré la protection du président des États-Unis, elle collabore dans le premier épisode avec le NCIS sur un meurtre à bord d’ Air Force One. Elle démissionne de ce service pour ne pas avoir suivi les ordres de ses supérieurs. Dans ses années à l'université elle participe à un concours de T-shirt mouillé que Tony découvre et qu'il utilise par la suite pour la faire chanter. Elle entretient une relation amicale compliquée avec Tony, une relation professionnelle ambiguë avec Gibbs et une relation amicale avec Abby puisque celles-ci partent souvent en vacances ensemble. Elle sera tuée d'une balle dans la tête tirée à la fin de la saison 2.

 

Abigail « Abby » Sciuto : C'est la scientifique de l'équipe. C'est une extravertie au look extrême gothique, elle dort dans un cercueil, porte toujours des couettes ou des macarons, et du rouge à lèvres rouge ou noir, elle se promène toujours avec son « caf-pow » (boisson extrêmement caféinée). Elle a plusieurs tatouages. Abby et Gibbs s'entendent très bien, comme un père et sa fille, ils parlent le langage des signes ensemble car les parents d'Abby sont sourds. Elle s'entendait aussi très bien avec Kate, qui est morte, et d'une façon générale avec le reste de l'équipe.

 

Timothy « Tim » MacGee : Dipômé du MIT, il est expert en informatique. Peu confiant en lui, il est surnommé « le bleu » par Tony, plus rarement par Abby lorsqu'elle est énervée par sa naïveté. Cependant, il n'est pas véritablement peureux ni même incompétent, bien au contraire. De stagiaire en informatique à ses débuts, il passe agent de terrain à plein temps. Il a l'occasion (épisode Enchaînés) de faire preuve de courage face à la hiérarchie en déclarant « Allez vous faire voir » à la Secrétaire d'état et en lui raccrochant au nez, sur un conseil de Gibbs. Après la mort de Kate, son caractère s'affirme et il devient même de plus en plus indispensable.

 

Docteur Donald « Ducky » Mallard : Il a étudié en Ecosse dans le but de devenir Médecin légiste. Son intervention est bien souvent indispensable pour lancer le début d'une enquête. Il est très bavard et parle souvent à ses patients qui sont évidemment morts, et sa très large culture générale alimente ses monologues. Il partage également son vécu, même si ce point embête parfois ses collègues. Il parle également très bien le français, comme le prouve son dialogue avec le trafiquant d'armes « La Grenouille » dans la 4e saison. Il connaît bien Gibbs, sûrement plus que tous les autres membres de l'équipe, car leur rencontre date de peu de temps après l'entrée de Gibbs au NCIS. Il est ainsi un des seuls à l'appeler par son prénom, « Jethro ». Apprécié, mais pas ménagé par les autres membres de l'équipe, le travailleur de l'ombre « Ducky » connaît aussi ses épisodes de gloire. Il vit avec sa mère victime de la maladie d'Alzheimer (« une forme de démence », dit Ducky) et qui vit avec ses chiens. Ce personnage apparaît dans quelques épisodes, devenant un sujet de préoccupation du médecin. Non pas à cause de sa santé, mais des ennuis qu'elle peut parfois causer. Parmi ses faits d'armes, elle s'éprend brièvement d'un « beau jeune homme », Gibbs. Elle s'imagine que Ducky et Abby sont mari et femme et considère DiNozzo (chargé de la protéger dans Vengeance d'outre-tombe) comme un gigolo, séduite par son nom italien, aussi bien que comme un malfrat. Ducky est ami avec tous les membres de l'équipe, qu'il tutoie et appelle tous par leurs prénoms entiers.

 

Ziva David : Agent de liaison du Mossad (l’une des trois agences de renseignements de l’était d’Israël). Rattachée au bureau du NCIS de Washington au début de l'épisode 3x04 (Trésor de guerre). Elle est spécialiste des interrogatoires sous forme de torture et peut se montrer dissuasive. C'est un agent très bien entraîné et qui utilise le lancer de couteau. Elle adore taquiner Tony et est très colérique. Elle est la demi-sœur d'Ari Haswari (le tueur de Kate). Elle s'entend très bien avec McGee à ses débuts au NCIS. Ziva écorche systématiquement les adages, maximes, dictons, et autres proverbes qu'elle emploie leur donnant uen tournure assez drôle mais, elle est aussi tôt corriger par un membre de l’équipe ce qui ne lui plaît pas du tout.

 

Jennifer « Jenny » Shepard : directrice du NCIS à partir de 2005, une ancienne équipière de Gibbs avec lequel elle entretenait une aventure. Leurs rapports professionnels sont souvent « inversés » : il n'est pas rare que Gibbs la conseille de manière un peu directe. De plus, Shepard est assez complice avec Ziva David, à qui elle a fait intégrer l'équipe.


Repost 0
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 12:47
La Saint Valentin

14 Février jour des amoureux mais, tous le monde même les célibataires on droit à des voeux d'amour, alors pour tout le monde joyeuse Saint Valentin.




Dire « Je t’aime » aux quatre coins du monde...


La Saint Valentin est la fête des amoureux du monde entier, car l'amour n'a pas de frontière ! En Italie, on vend des petits pains appelés « Baci perugini » qui représentent une tradition amoureuse. En Angleterre, les amoureux s’échangent des cœurs symboliques en carton contre des fleurs. Les coutumes et les façons de dire je t’aime varient selon les pays. En France, nous disons « je t’aime ». Sais-tu comment cela se dit ailleurs sur Terre ?




En Allemagne :
Ich liebe diche

 

Dans les Iles créoles :
En ka emé ou


En Angleterre :
I love you  

 

Au Danemark : 
Jeg elsker dig

 

Dans les pays arabes :
Ana behabik

 

En Espagne :
Te quiero

 

Au pays basque :  
Nere Maitea

 

En Grèce :
S'agapo

 

En Bretagne :
karout a ran ac'hanout

 

En Italie : 
Ti amo

 

En Chine :
Wo ai ni

 

En Turquie : 
Seni seviyorum

 

Au Portugal :

Eu te amo



Repost 0
Published by Lisa - dans Fêtes
commenter cet article
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 15:25

J'ai reçu des mails plutôt sympa et me suis dis autant les partager alors voilà j'espère que ces quelques mots vous plairons.

Au bout, tu vas pleurer (ou sourire !)...

Ce texte a été écrit par un gars et si tout les gars sont d'accord avec ce texte et bien on a de la chance !

Voici quelques raisons pourquoi nous les garçons, nous aimons les filles: 

 

- Elles sentent toujours bon, même si ce n'est que du shampooing.

- Leur tête trouve toujours leur place sur notre épaule.

- Elles ont un air de bébés lorsqu'elles dorment.

- Elles sont à l'aise lorsqu'elles dorment dans nos bras.

- La façon qu'elle embrasse fait que tout va bien dans le monde.

- Elles sont adorables lorsqu'elles mangent. 

- Elles prennent beaucoup de temps à se préparer, mais à la fin on voit que ça valait la peine. 

- Parce qu'elles ont toujours froid même s'il fait 30° dehors (pour qu'on les prenne dans nos bras).

- La manière qu'elles ont de toujours bien porter leurs vêtements...et les
nôtres. 
- Parce qu'elles ont toujours le dernier mot.

- Leur main trouve toujours la nôtre. 

- Lorsqu'elles sourient. 

- Lorsqu'elles sont jalouses et nous questionnent sur tout.

- Lorsqu'elles ne nous qui quittent pas du regard en soirée, de peur qu'une autre soit trop près de nous... 

- Comme on se sent lorsqu'on voit son numéro sur le portable.

- Lorsqu'elle dit 'tu m'énerves, j'en ai marre!' et qu'une heure plus tard
on sait que...

- La manière qu'elle embrasse lorsqu'on fait quelque chose de bien pour elle. 
- La manière qu'elle embrasse lorsqu'on lui dit 'je t'aime'. 

- Sa fa

çon de dire 'je t'aime' sans prononcer les mots, juste avec le
regard. 

- Lorsqu'elle se glisse entre nos bras pour pleurer. 

- Lorsqu'on les entend renifler lors d'une séquence triste de film. 

- Lorsqu’elles nous frappent avec leur petit poing jusqu'à ce que ça fasse mal (à elle).

- Lorsqu'elles disent 'tu me manques'. 

- La manière dont on peut s'ennuyer d'elles.

- Leurs larmes font que l'on veut tout changer dans le monde pour que cela ne les blesse plus.

- Qu'on l'aime, qu'on l'adore, on se dit qu'un jour elle deviendra tout
pour soi.

- Lorsqu'on la regarde dans les yeux, on se dit que la propre vie est
inévitable sans les battements de son cœur contre le nôtre.

- Lorsqu'on fait des projets d'avenir tous les deux.

- Nous les aimons pour un million de raisons, aucun papier ne pourrait le
justifier.

-Aimer ne se fait pas dans la tête, mais dans le cœur... et on se
comprend, car c'est un sentiment que tout le monde ressent.

 

  ****Maintenant, fais un vœu !(98%) ***


Repost 0
Published by Lisa - dans Divers
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 13:40
Pour commencer cette nouvelle année je voulais vous mettre un petit test sympa

Êtes vous Ange ou Démon ?



















Certains jours, on vous traite d'ange ou de démon, selon ce que vous faites. Au fond de vous-même, êtes-vous plus près de l'ange ou du démon ? Répondez aux dix questions et vous le saurez. J'attends avec impatience vos réponses.


1 - Un chat dort sur un fauteuil vous :

A - Lui tirez les moustaches
B - Aimeriez lui tirer les moustaches
C - Vous méfiez, les chats ne dorment que d'un oeil.

2 - Aimeriez-vous vois le film "Frankenstein" ?

A - Pas du tout.
B - Plutôt dix fois qu'une.
C - Non, vous n'êtes pas fan de ce genre de film.


3 - Vous n'avez pas pu vous empêcher...

A - De crier après ceux qui enlevaients la chaise sous les fesses d'un copain.

B - De rire en voyant un copain s'asseoir à côté de sa chaise.
C - D'ôter sa chaise à un copain.

4 - Vous n'aimez pas un plat, vous :

A - Faites la grève de la faim.
B - Donnez votre part au chat ou au chien.
C - Le mangez en faisant la grimace.

5 - Une bataille de ptits suisses commence à la cantine, vous :

A - Essayez de faire cesser la bagarre.
B - Êtes celui(celle) qui a commencé la bagarre.
C - Renvoyez votre petit suisse dans la tête du voisin


6 - Quelqu'un a caché son cartabe au premier de la classe, vous :

A - Lui échangez son sac contre l'un de ses devoirs.
B - Lui ramenez son sac
C - Êtes celui(celle) qui a caché son sac

7 - Quant vous rentriez de l'école, vos vêtements étaient :

A - Déchirés et sales.
B - Froissés.
C - Propres.

8 - Il vous arrive de perdre vos affaires de classe ?
 

A - Presque jamais
B - Très souvent.
C - Quelques fois

9 - Vous mentez ?

A - Pour la bonne cause
B - Jamais
C - Pour rire

10 - Réclamer une deuxième part de gâteau en prétendant ne pas en avoir eue :

A - Vous le faites à tous les coups.
B - Ca vous est déjà arrivé
C - Vous ne le ferez jamais.

Comptez vos points :

1 points pour les réponses : 1c, 2a, 3b, 4c, 5a, 6b, 7c, 8a, 9b, 10c.
2 points pour les réponses : 1b, 2c, 3a, 4b, 5c, 6a, 7b, 8c, 9a, 10b.
3 points pour les réponses : 1a, 2b, 3c, 4a, 5b, 6c, 7a, 8b, 9c, 10a.

Vous obtenez de 1 à 10 points :
Vous êtes plus proche du démon que de l'ange, mais, vous êtes un démon sympathique, tout simplement parce que vous êtes honnête. Vous êtes diable, vous aimez vous amuser aux dépens des autres, vous n'êtes pas très obéissant(e) non plus, mais, vous l'avouez volontiers et quand vous faites quelque chose, c'est en pleine lumière. Vous subissez avec bonne humeur les conséquences de vos frasques. Vous êtes un bon petit diable, quoi !


Vous obtenez de 11 à 20 points :
Vous tenez des deux, comme il se doit, un jour angélique, démoniaque le lendemain. C'est selon vos humeurs. Il suffit souvent que l'
on vous ait contrarié(e) ou que vos parents vous aient refusé une sortie pour vous transformez en démon. Votre impatience à voir des films d'horreur est naturelle, vous vous sentez aguillonné(e) par la curiosité. Et comme ce sont vos parents qui vous interdisent de voir de tels films, ça vous fait deux fois plus envie.

Vosu obtenez de 21 à 30 points :
Vous semblez un ange tombé du ciel. Est-ce possible ? Avez-vous répondu sincèrement à ces questions ? Vous avez toutes les apparences du petit ange, mais, qu'est-ce que cela cache ? ou bien vous n'aimez pas vous amuser ou bien vous dissimulez votre vraie nature de démon... Peut-être qu'au fond, vous n'êtes pas aussi sage et si vous ne tirez pas la moustache au chat, c'est par ce que vous avez peur de ces griffes, un chat, vous le savez bien, ne dort que d'un oeil... C'est bien naturel.























(Pour tous ceux qui suivait ma fic Une seconde peut tout changer vous pourrez la trouver enfin terminée sur le site Hojo Fan city (liens à droite) bonne lecture)

Repost 0
Published by Lisa - dans Divers
commenter cet article
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 16:10


ENFIN LE BONHEUR

 

Voilà les trois sœurs avaient pratiquement réussi à réunir toute la collection, enfin elles voyaient le bout du tunnel en réussissant par la même à échapper à certaine rivaux mais, surtout à la police composer de Mitsuko Asatani la partenaire du pauvre Toshio, il s’arrachait presque les cheveux chaque jour surtout que le commissaire Kacho ne cessait pas de tempêter.

 

Plus les jours passait et plus Hitomi commençait à ne plus réussir à détacher son esprit de l’avenir, Aï s’amusait bien trop avec ces gadgets, elle était à présent au lycée et Ruï tenait le cat’s eyes, pourtant lorsqu’on observait bien on pouvait voir que quelque chose ou peut-être quelqu’un lui manquait. Qui sait son peintre lui manquait peut-être car depuis son départ elle ne l’avait pas revu et avait réussit sans que ces sœurs ne s’en aperçoive à obtenir des nouvelles de lui apparemment tout allait bien mais, peut-être l’avait-il oublié alors qu’elle malgré sa beauté et les hommes qui aurait pu lui faire tourner la tête, elle ne faisait attention à aucun.


Cependant sans leur en avoir parlé Monsieur Nagaishi avait reçu des nouvelles d’un ami et trouvé une piste sérieuse qui le conduire à Mickael Heinz et leur ayant dit qu’il s’absentait quelques temps était partit sur les traces de son vieil ami.


Noël était dans quelques jours et les filles après avoir fait leurs derniers achats était au cat’s, Ruï et Hitomi au bar tandis qu’Aï était sortit avec des amis, les deux ainées la voyant grandir trop vite se faisaient néanmoins du souci pour son avenir, étant donner qu’elle tenait autant qu’elles à retrouver leur père pourtant, pour une fois aucune mission n’étant en vue elles pourraient peut-être passer Noël sans faire tourner en rond le pauvre Toshio.

 

Pourtant la magie de Noël était avec nos trois sœurs et deux jours avant noël Jérôme le peintre de Ruï fit son apparition, il revenait en ville pour une exposition protéger par sa nouvelle renommer mais, aussi du fait que ces anciens commanditaire était hors d’état de nuire et qu’aucun lien ne serait établit entre eux il pouvait circuler sans problème, mais, nos trois sœurs ne s’attendait pas à cela, alors qu’elles dinaient en regardant la télé justement il donnait une interview dans laquelle il disait.

« Si je suis revenu en ville c’est pour retrouver une femme mais, je ne vous dirais rien de plus car je ne sais pas si elle ne m’a pas oublié, et si elle tient autant à moi que je tiens à elle. »

Ces deux sœurs jetèrent un regard à Ruï qui était resté figer mais, baissant les yeux elle leur dit d’un ton calme.

- Eviter de vous faire des films, ce jeune homme est partit depuis longtemps, alors finissez de manger.

Pourtant ces deux sœurs échangèrent un regard avant que Hitomi ne prit la parole la première.

- Ne laisse pas passer ta chance, si tu l’aime autant qu’il semble t’aimer alors saisit là cette fois.

- Ouais grande sœur, nous ne voulons que ton bonheur et puis nous sommes prêt du but alors saisit ta chance s’il est de retour pour toi.

- Nous serons derrière toi, et qui mieux que lui étant donner son passer pourrait nous comprendre.

Rajouta Hitomi, Ruï regarda tour à tour ces deux sœurs, c’était elle l’aînée qui avait veillé comme une mère sur elles, et, à présent c’était elles qui la poussait et l’encourageait lorsqu’il le fallait.

Se levant pour emporter son assiette dans l’évier elle répondit simplement.

- Nous verrons bien, personne ne peut présumer de ce qu’il va faire mais, je…

- Pas de discutions, tu vas le voir et nous voulons ton bonheur comme tu veux le nôtre.

- Aï dit vrai, il ne faut pas passer à côté et passer sa vie à le regretter Ruï. Si nous sommes toute les trois d’accord n’hésite pas.

Encourager pas ces sœurs elle sourit en disant simplement.

- Nous verrons.

Pourtant le lendemain alors que Aï et Hitomi se chargeait du cat’s eyes tandis qu’elle était sortit faire des courses la jeune femme ne pu s’empêcher d’aller faire un tour au musée où il exposait ces œuvres.

 

Elle fit pourtant attention tout en marchant dans les allées, il avait autant de talent que son père mais, elle n’en avait jamais douté et c’est alors qu’elle le vit entourer de plusieurs personnes photographe et journaliste ainsi que quelques fans, reculant pour qu’il ne la voit pas elle entendit les questions poser et les réponses calme qu’il donnait, cependant dans sa voix elle perçu qu’il était soit embarrasser soit gêner et surtout un peu son exaspération malgré sa gentillesse. Il n’avait pas changé même s’il avait gagné en maturité, même s’il était plus riche que lorsqu’ils s’étaient rencontrés Jérôme semblait être demeuré le même.

Avant qu’il ne l’aperçoive par inadvertance elle était partit le regard rêveur et durant le trajet elle parvint à se reprendre, ces sœurs et elle avait un devoir avant tout mais… elle se demandait tout de même si l’amour ne pouvait pas se trouver une place ? Leur père serait heureux en les retrouvant si elles étaient heureuses.

Lorsqu’elle rentra ces sœurs lui sourire mais, ne lui posèrent aucune question sur sa longue absence avec l’espoir qu’elle avait vu son peintre.

 

Ce soir Toshio passa prendre Hitomi, étant donner qu’il n’avait pratiquement pas d’affaire il en profitait pour voir sa fiancée aussi souvent qu’il pouvait ce qui rendait celle-ci heureuse, même si pendant les fêtes elle redoutait ce qui arriverait si Toshio découvrait tout, elle savait qu’il ne comprendrait peut-être pas et c’est ce qui la minait même si elle parvenait à chasser cela pour lui sourire. Aï aussi était sortit avec des amis, pourtant Ruï demeurait inquiète ces derniers temps elle semblait mélancolique, serait-elle amoureuse ? Pour l’avoir entendu l’encourager et la ferveur dans sa voix, la réponse pouvait s’avérer positive mais, comment le savoir si elle ne se confiait pas.

 

Ce soir là Aï était en effet sortit avec des amis mais, par une heureuse coïncidence elle se trouva dans le même club que le peintre de sa sœur, bien qu’elle ne devrait pas s’en mêler elle savait ce qu’aimer un homme qui était loin signifiait, elle l’avait laissé partir sans le lui dire pour ne s’en être rendu que tard lorsqu’il lui avait écrit mais, Aï voulait aider sa sœur et Hitomi étant d’accord avec elle, il ne lui restait plus qu’à agir.

S’échappant de ces amis elle se dirigea droit vers lui assit à une table entourer de deux hommes et trois femmes, lui prenant le bras elle lui sourit en disant.

- Venez danser avec moi j’adore cette chanson.

Avant qu’un des autres ait réagit elle l’avait entraîné sous leur regard incrédule et il l’avait suivit, pourtant au lieu de s’arrêter elle l’entraîna vers un endroit discret faisant attention à ce que ces amis et ceux qui accompagnait le peintre ne les voit plus avant de lui dire.

- Désolé de vous avoir entraîné aussi cavalièrement mais, j’aimerais savoir si la femme que vous êtes venu chercher ne serait pas à peu prêt de cette taille et n’aurait pas de long cheveux noir.

- Tout le monde peut le savoir j’ai fait même floue des portraits d’elle sachant que puisqu’elle avait refusé de me suivre, elle ne voudrait pas trop de publicité si je revenais. J’avais l’impression que c’était plus cela qu’elle fuyait que moi.

- Vous êtes perspicace mais, avez vous donner son nom à quelqu’un ?

- Non personne ne le connais, j’avais trop peur d’être assaillit par une meute comme malheureusement c’est le cas.

- Ma sœur aînée s’appelle Ruï Kisugi.

- Vous êtes la sœur de Ruï !

S’écria-t-il aussitôt mais, heureusement seul Aï l’entendit étant donner la musique et elle sourit en hochant la tête avant de lui demander d’un ton sérieux.

- Je veux d’abord que vous me disiez si vous êtes vraiment revenu pour elle et je vous dirais où la trouver.

- Je n’ai jamais pu l’oublier et malgré tout ce temps je… je…

Il semblait embarrasser pour un homme qui était devenu adulé et riche, c’était vraiment comique pensa Aï qui sourit, après tout c’était bien un homme pour sa sœur, sortant une carte elle lui tendit.

- C’est notre café vous l’y trouverez tout les jours puisqu’on habite derrière. Bonne chance et faites attention si vous la faite souffrir vous aurez à faire à ces deux sœurs, vous rencontrerez Hitomi une prochaine fois.

Si un signe de la main elle le quitta tandis qu’il serrait sa carte dans la main un sourire heureux aux lèvres le regard brillant, il allait enfin revoir la seule femme au monde qu’il aimerait jamais.

Elle retournait auprès de ces amis le regard sombre, même si elle était heureuse pour sa sœur elle n’en avait pas moins le cœur lourd, ces sœurs était heureuse c’était ce qui la rendait heureuse à défaut d’autre chose.

 

A la veille de noël le cat’s eyes était ouvert mais, seule Ruï était au bar, ces deux sœurs ayant prétexté des courses à faire était sortit. C’est justement ce matin là alors qu’il n’y avait que deux clients à peine que le jeune peintre se décida à venir, il l’aperçu d’abord à travers la vitre et la trouva encore plus belle que dans son souvenir.

Il ce décida enfin à entrer ce qui la fit relever la tête et se figer en le voyant. Ils restèrent plonger dans le regard l’un de l’autre, tout semblait disparaître autour d’eux, ce fut l’entrer d’Hitomi qui brisa l’atmosphère, elle s’excusa.

- Oh excusez-moi ! Je ne vous avais pas vue.

Relevant la tête elle écarquilla les yeux en reconnaissant le peintre et sourit en voyant sa sœur qui semblait avoir un peu rougit chose rare chez elle.

- Vous devriez vous asseoir si vous désirez quelque chose. Au bar par exemple.

Suggéra-t-elle, il baissa les yeux vers Hitomi et lui sourit en disant.

- Bonjour.

Avant qu’Hitomi ne dise quoi que se soit Ruï lui lança son tablier en disant.

- Garde le café, je sors un instant.

- A tes ordres Ruï.

Lui sourit-elle mais, au lieu de sortir elle fit un geste à Jérôme pour qu’il la suive dans leur salon ce qu’il fit sans cesser de la fixer et aussitôt dans l’autre pièce il prit ces mains intimidé mais, avec le sourire.

- Je suis si heureux de vous retrouver enfin.

- Jérôme vous…

Elle ne savait pas quoi dire, elle d’habitude si sûre d’elle avait tout oublié devant le regard doux et si tendre de Jérôme qui lui embrassa le poignet en disant.

- Je sais que je me montre peut-être trop présomptueux… que vous êtes peut-être engager ailleurs cela fait… mais, je suis amoureux de vous depuis notre première rencontre et… j’aimerais ne plus vous quitter… enfin peut-être devriez vous d’abord mieux me connaître pour éprouver…

Elle posa un doigt tremblant sur ces lèvres avant de réussir à lui articuler.

- Je n’ai nul besoin de temps… moi aussi, je n’ai pas pu vous oublier.

- Oh Ruï !

Il la serra aussitôt dans ces bras où elle se blottit. Ruï toujours si sur d’elle avait l’impression pour une fois dans les bras de Jérôme d’être enfin en sécurité et à sa place, son père et sa mère avait-il éprouvez cela ? Toshio et Hitomi l’éprouvait surement aussi.

 

Aï qui venait de revenir au cat’s ne voyant pas Ruï demanda.

- Alors ! Elle s’est décidée ?

- Apparemment c’est lui, ils sont à côté depuis quelque minutes.

- Yes ! Je savais qu’il viendrait.

- J’espère pour toi qu’elle ne saura jamais ce que tu as fait.

- Un petit coup de pouce ne fait de mal à personne.

Elles éclatèrent de rire, néanmoins Hitomi remarqua alors comme l’avait fait Ruï que quelque chose semblait préoccuper leur petit génie de sœur, elle lui demanda tandis qu’elle prenait place devant elle.

- Tu sais que si quelque chose te préoccupe tu peux nous en parlé, quelque soit le problème on a toujours faire face à nous trois tu le sais bien.

La jeune femme haussa les épaules en disant.

- Aucune problème qui ne puisse être résolu, juste un peu de mélancolie à Noël où je pense à papa et maman mais, à part ca tout va bien.

Hitomi serra la main de sa sœur et lui sourit car toute les trois éprouvait toujours l’absence de leur mère avec tristesse mais, était plus que jamais déterminer à retrouver leur père.

Aï lui dit alors en baissant la voix.

- Ce qu’il me faudrait c’est une mission pour me changer les idées, monsieur Nagaishi n’est toujours pas revenu ? Et rien en vue ?

- Et non malheureusement.

Sourit Hitomi amusé par le fait qu’Aï cherchait elle aussi un dérivatif dans l’action.

 

Ruï et Jérôme les interrompirent alors, Aï dissimula un sourire amuser alors que Ruï les présenta.

- Tu as déjà rencontré une de mes sœurs mais, je vais tout de même de les présenter. Hitomi que tu as déjà vu et Aï, les filles voici Jérôme Nagai.

Les filles le saluèrent et celui-ci sourit en disant.

- Je suis enchanté de vous rencontrer, j’espère que nous pourrons nous entendre.

- J’en suis sûr, Jérôme passe noël avec nous ca ne vous dérange pas.

- Mais non ! Avec plaisir.

- Plus on est fou plus on rit.

Répliqua Aï en haussant les épaules avec un sourire.

 

Ruï semblait heureuse et si elles retrouvaient enfin leur père alors Hitomi pourrait se marier car Cat’s eyes disparaitrait, et Ruï aussi pourrait convoler qui sait ? Que demander de plus pensa Aï.

Pourtant elle savait que ce qu’elle semblait désirer le plus ne pourrait pas lui être donné mais, on dit qu’un chagrin d’amour finit par guérir un jour, pourtant le sien semblait durer plus que prévu. Elle avait été bête de penser que Benjamin pourrait l’atténuer mais, avait finit par s’excuser et ils étaient resté amis, elle aurait préférer qu’il soit plus à un moment avant de rencontrer celui qu’elle n’arrivait pas à oublier.

 

Le lendemain Ruï et Hitomi portait leur plus belle robe tandis que Aï portait un ensemble pantalons avec gilet rouge et bleu qui lui allait à ravir, même à dix huit ans on ne change pas un garçon manqué. Elles attendaient Toshio et Jérôme pour le déjeuner donc tout devait être prêt.

Lorsque Jérôme sonna à la porte il rencontra Toshio supris, ils allaient se présenter lorsqu’Aï ouvrit la porte et sourit en disant.

- Salut vous deux. Toshio le fiancé de Hitomi voici Jérôme un ami de Ruï mais, entrer on n’attendait que vous.

Les deux jeunes hommes échangèrent une poignet de main avant de suivre Aï qui souriait heureuse pour ces sœurs même si un voile de tristesse recouvrait ces yeux elle tentait de n’en rien laisser paraître.

Le déjeuner passa amicalement et pendant toute l’après midi Aï sortir voir quelques amis pour laisser les deux couples faire mieux connaissance heureuse pour ses sœurs mais, pour le dîner elle était de retour et taquinait ces sœurs réussissant même à faire rougir Toshio qu’elle connaissait si bien, Jérôme semblait lui aussi plus à l’aise.

 

Ce soir là au dîner un miracle devait se produire, alors qu’ils dinaient tout les cinq la sonnette d’entrer retentit et Aï sourit en disant.

- Ne bouger pas je vais ouvrir, et pendant mon absence tâcher de trouver un sujet de conversation qui ne m’ennuierais pas pour le reste de la soirée, jouer la chandelle n’est pas un rôle pour moi.

Levant les yeux au ciel devant les deux couples d’amoureux éberlué, elle alla ouvrir et sourit à monsieur Nagaishi.

- Vous voilà de retour, joyeux noël.

- Bonsoir Aï et joyeux noël. Justement je vous apporte un cadeau pour toute les trois.

Derrière lui un homme aux cheveux aussi noir que ceux de Ruï mais, aux tempes grisonnante et au regard noisette très doux s’avança et portant la main à sa bouche la jeune femme n’hésita qu’une fraction de seconde avant de se jeter dans ces bras où il ne tarda pas à la serrer en murmurant ému.

- Ma petite fille.

S’écartant son père lui prit le visage entre les mains pour mieux la regarder et sourit en disant émue.

- Ma toute petite fille ce que tu as grandit, ce que tu peux être belle.

- Oh papa !... je suis si heureuse mais, entrer vite.

Elle remarqua alors seulement le jeune homme qui les accompagnait, et son cœur manqua un battement avant de battre follement tandis que monsieur Nagaishi lui disait.

- Je crois que vous connaissez Bernard, et, bien c’est un peu grâce à lui que je vous ramène ce miracle.

- Merci.

Murmura-t-elle en détournant néanmoins les yeux de lui avant de les précéder au salon. Ses sœurs se levèrent en voyant les larmes aux yeux de leur benjamine et s’écrièrent.

- Aï que se passe-t-il ?

- Tu as l’air bouleversé, qui était-ce ?

- Monsieur Nagaishi avec…

- Un cadeau de noël.

Déclara-t-il celui-ci en entrant suivit par leur père, que Ruï reconnu la première avant que les filles ne s’avancent comme dans un film au ralentit émue aux larmes avant de serrer leur père dans leur bras, une étreinte que celui-ci leur rendit aussi émue qu’elles. Enfin cette nuit là le miracle était arrivé, elles pourraient vivre heureuse et avoir une vie normale.

 

Après ces effusions les filles tentèrent de reprendre leurs esprits du moins un brin pour présenter leur père et leurs amis aux garçons qui les regardaient.

- Père laisse nous te présenter le fiancé de Hitomi, l’inspecteur Toshio Utsumi et mon… Elle hésita un seconde en échangeant un sourire avec Jérôme. Mon ami Jérôme Nagai, il est peintre comme toi.

Elle avait présenta chacun avec leur métier car elle espérait que leur ami Nagaishi lui aurait parlé des cat’s et qu’il ne dirait rien encore devant Toshio, même si ce soir là cat’s eyes prenait sa retraire car elles avaient retrouvé celui qu’elles cherchaient. Aï qui souriait s’écria.

- Vous arrivez juste pour le dessert, donc nous allons le prendre au champagne pour fêter le retour de papa.

Néanmoins Toshio qui en savait peu sur la disparition de celui-ci demanda.

- Pourquoi n’être jamais revenu avant aujourd’hui monsieur Kisugi ?

- Si vous le permettez nous vous en ferons part en temps voulu, mes filles savent pourquoi je n’ai pas pu venir mais, pensez bien que toute ces années loin d’elles ont été les pire de ma vie car après avoir perdu ma femme, elles sont tout pour moi.

La sincérité de sa voix et de son regard firent alors hocher la tête à Toshio et Hitomi lui serra le bras, elle ne lui en voulait pas elle savait qu’il l’aimait, et comme cat’s eyes disparaissait ils pourraient enfin se marier.

- Bien dans ce cas asseyez vous je vais chercher le champagne.

Aï rejoignit donc la cuisine et Bernard que les filles avaient salué s’esquiva discrètement à sa suite car lui aussi aurait voulu pouvoir la serrer dans ces bras mais, n’osait pas sans savoir si elle était aussi heureuse que lui de le revoir et surtout ce n’était que pour elle qu’il était revenu.

 

Sentant sa présence Aï n’avait jamais eu le cœur qui battait si fort, il avait murit mais, était resté le même un peu froid de premier abord. Aï qui n’avait jamais aimer montrer ces faiblesses alignait sur un plateau des verres et lui lança.

- Merci Bernard tu n’aurais pu nous offrir un meilleur noël, il faut que tu nous raconte tout, tu seras un peu notre héro pendant quelque temps.

- Je vous le devais bien, tu m’as sauvé la vie la dernière fois cat’s.

- Ah oui.

Fit-elle désinvolte en passant prêt de lui pour ouvrir le frigo mais, il l’en empêcha et elle releva enfin les yeux vers lui qui malgré son air sérieux lui dit :

- Tu sais je n’ai jamais pu m’empêcher de pensés à toi… et je compte revenir dans le coin alors si tu veux on pourrait ce voir.

Il avait terminé sa phrase d’un traite malgré un début une peu cahoter, elle réussi à lui sourire en disant.

- Nous voir, comment cela ?

- Si tu es libre je pensais que peut-être… nous…

Il s’interrompit et elle lui sourit en disant.

- Je suis libre et moi non plus, je…

Leur regard rivé l’un à l’autre ne pouvait mentir alors le jeune homme la prit dans ces bras où elle se blottit et ils échangèrent un premier baiser plein d’amour et de tendresse. S’écartant pour reprendre leur souffle ils échangèrent un sourire avant de prendre le champagne pour rejoindre les autres.


En cette soirée de Noël tout allait bien et les explications viendraient en heures mais, le bonheur était de retour dans la famille Heinz.

 

Repost 0
Published by Lisa - dans Manga
commenter cet article
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 14:57

JOYEUX NOEL

 

Chapitre I – Chant de Noel

 

 

Ryo était partie depuis presqu'une semaine, il avait promis pourtant d’être revenu pour noël mais, il avait une mission encore confier par Saeko et, pourtant elle l’attendait la peur au ventre. Il allait être minuit, elle avait diné avec Miki, Eriko, Falcon, Mick, Kazue et le doc, le seul qui manquait était Ryo.

Après le dîner elle s’était un peu attarder auprès de leurs amis, mais elle avait préférer rentrer chez elle avant minuit pour l'attendre. La devant la fenêtre elle regardait la ville illuminer par les décorations et les lumières de Noël, toute cette magie qui lui firent venir les larmes aux yeux et prier que Ryo lui revienne.

Un chant de noël lui revint alors aux lèvres, larmes aux yeux elle ne pu s’empêcher de le fredonner.

 

Trois anges sont venus ce soir

M'apporter de bien belles choses

L'un d'eux avait un encensoir

L'autre avait un chapeau de roses

Et le troisième avait en mains

Une robe toute fleurie

De perles d'or et de jasmin

Comme en a Madame Marie

 

Noël, Noël, nous venons du ciel

T'apporter ce que tu désires

Car le Bon Dieu au fond du ciel bleu

Est chagrin lorsque tu soupires

Veux-tu le bel encensoir d'or

Ou la rose éclose en couronne

Veux-tu la robe où bien encore

Un collier où l'argent fleuronne

Veux-tu des fruits du Paradis

Ou du blé des célestes granges

Ou comme les bergers jadis

Veux-tu voir Jésus dans ses langes

 

Noël, Noël, retournez au ciel

Mes beaux anges à l'instant même

Dans le ciel bleu demandez à Dieu

Le bonheur pour celui que j'aime.

 

(Trois anges sont venus ce soir – chant de noël)

 

Pour finir elle ne murmurait plus que la fin en se laisssant tomber sur le fauteuil la tête entre les mains.

- Le bonheur… pour celui que j’aime… Oh Ryo ! Où es-tu Ryo ?

 

Celui-ci justement était passé au cat’s eyes pensant qu'elle l'y attendrait avec leurs amis. Il avait finit par régler son compte aux méchants et pensait que son ange l’attendrait là-bas auprès des autres, mais ceux-ci l’ayant détrompé il avait filé à l’appartement pour la retrouver.

Toute cette semaine loin d’elle et c'était déjà Noêl, il commençait même à neiger alors qu'il marchait vite vers leur immeuble, car il s'était enfin décider à lui avouer combien il l’aimait et combien elle était toute sa vie.

En gagnant l’appartement il entendit alors un chant qui l’émue et reflétait son cœur.

 

Belle, qui tient ma vie

Captive dans tes yeux,

Qui m'a l'âme ravi

D'un sourire gracieux.

Viens tôt me secourir,

Ou me faudra mourir.

 

Pourquoi fuis-tu mignarde?

Si je suis près de toi

Quand tes yeux je regarde

Je m'y perds dedans moi

Car tes perfections

Changent mes actions.

 

Approche donc, ma belle,

Approche-toi, mon bien.

Ne me sois plus rebelle,

Puisque ton cœur est mien.

Pour mon mal apaiser,

Donne-moi un baiser.

(Belle qui tiens ma vie)

Il sourit en murmurant les dernières paroles de la chanson et

alors qu’il poussait la porte de l’appartement il entendit le sanglot de sa belle qui murmurait.

- Le bonheur… et la vie pour celui que j’aime… où es-tu Ryo ?

Il courru s’agenouiller prêt du fauteuil et relevant les yeux elle le vit et se jeta dans ces bras en murmurant.

- J’étais si inquiète…

- Pour mon mal apaiser, donne moi un baiser.

Fredonna-t-il et elle s’écarta un peu surprise alors qu’il la serrait toujours contre lui. Il sourit en murmurant.

- Je t’aime Kaori plus jamais nous ne serons séparer.

- Je t’aime aussi… tu me le promets.

- Jurer et plus jamais nous ne passerons un noël en plus des nos anniversaires loin l’un de l’autre, pour toujours et à jamais.

- Pour toujours mon amour.

Elle lui effleura les lèvres se souvenant du refrain et il sourit avant de lui prendre les lèvres pour un baiser gourmand qu’elle lui rendit aussi passionnément.

 

Chapitre II – Belle conclusion

 

Les cœurs dans la tourmente c’était enfin apaiser et la nuit de noël avait vue pour nos nettoyeurs se concrétiser et faire d’eux un couple, passionnément ils s’étaient aimer, que pouvait-on trouver de meilleur cadeau de noël que l’amour de celui ou de celle que l’on aime.

L'aube se levait sur la ville et sur notre couple enlacé dans la chambre de Ryo où la veille il l'avait transporté dans ces bras pour lui faire l'amour.


Le soleil se levait doucement sur ce jour de Noël et il regardait son ange dormir, elle rouvrit alors doucement les yeux et lui sourit timidement faisant battre son cœur comme jamais, se penchant il l'embrassa en murmurant.

- Bonjour mon amour.

- Bon... bonjour.

Murmura-t-elle en rougissant le faisant sourire de plus belle devant sa timidité, c'est alors qu'il se pencha pour prendre un écrin dans le tiroir derrière lui et le lui tendre. C'était un petit écrin de velours rouge, mais,avant de l'ouvrir il lui demanda son regard baigné d'amour plongé dans le sien.

- Je t'aime Kaori, Veux-tu m'épouser ?

- Oh Ryo !

Murmura-t-elle le souffle coupé devant cette sublime bague en or surmonter d'un rubis taillé en cœur et elle attendit qu'il lui passe pour lui jeter les bras autour du cou et lui murmurer.

- Oh Oui mon amour... oui pour toujours.

 

Voici la chanson de City Hunter pour terminée.

 

Les pneus crissent sur l'asphalte

A travers les ténèbres

Je m'abandonne à ces frissons

Et pourtant, j'ai peur du lendemain.

It's your pain or my pain or somebody's pain.

Si je pouvais vivre pour quelqu'un,

It's your dream or my dream or somebody's dream.

Je n'aurais plus peur de rien.

 

Get wild and tough

Tout seul, je ne peux finir le puzzle de l'amour.

Get wild and tough

Je ne veux pas rester seul dans cette ville.

Get chance and luck

Il y a quelqu'un que tu dois protéger.

Get chance and luck

Même seul, tu pourras retrouver les rêves blessés.

 

Elle envoyait des baisers aux lumières de la ville,

Cette fille que j'ai vue danser dans la rue.

Avec le crépuscule glacé pour seul décor,

Elle souriait tristement.

It's your pain or my pain or somebody's

pain.

Si j'avais quelqu'un à aimer,

It's your dream or my dream or somebody's dream.

Alors... je deviendrais fort.

 

Get wild and tough

Je ne peux effacer seul la souffrance qu'il y a dans mon âme.

Get wild and tough

La liberté n'est plus présente dans cette ville.

Get chance and luck

Tu peux trouver ce quelque chose que seul toi peux protéger.

Get chance and luck

Même seul, tu pourras retrouver les rêves blessés.

 

Get wild and tough

Je ne peux pas construire seul le puzzle de l'amour.

Get wild and tough

La faiblesse n'a pas sa place dans cette ville.

Get chance and luck

Quelque part il y a quelque chose que seul toi peux protéger.

Get chance and luck

Même seul, tu pourras retrouver les rêves blessés.

 

Ryo et Kaori enfin unis pour le meilleur et pour le pire, ils avaient déjà traversé l'un et l'autre pourtant jamais  rien ne les avaient séparé, car l'amour est la plus grande force au monde.

Il était un tueur froid et solitaire lorsqu'il avait croisé la route d'un ange qui l'avait ramené à la vie car pour lui elle était sa vie. Enlacés ils refirent l'amour à l’aube de ce premier noël de couple qui leur laissera surement un cadeau surprise... dans neuf mois qui sait.

 

JOYEUX NOEL A CITY HUNTER Et à TOUTE LA BANDE. Hideyuki, Miki, Falcon, Mick, Kazue, Doc, Saeko, Sayuri, Reika et Kazumi. A tous les autres que j’oublie et à vous tous qui écrivez des fanfictions, j’espère que nous passerons encore de nombreux noël ensemble, merci bisous à tous.


(Pour tous ceux qui suivait ma fic Une seconde peut tout changer vous pourrez la trouver enfin terminée sur le site Hojo Fan city dont le lien ce trouve à droite, bonne lecture)

Repost 0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 14:14
JOYEUX NOEL













Je sais vous allez me dire c'est que le début du moi de décembre mais, moi j'adore Noël c'est ma période préférer de l'année et même quant je suis déprimé j'ai le sourire ces jours là. Voir les enfants ouvrir leur paquet le regard s'illuminer rien ne peux me donner davantage d'espoir et de joie même si je dois revenir à la réalité. Croire au père noël ce n'est jamais une faiblesse mais, la preuve qu'on a encore le cœur pure et qu'on peut si l'on veut ne jamais perdre espoir en demain.





JOYEUX NOEL A TOUS
SURTOUT NE PERDEZ JAMAIS L'ESPOIR


Un peu trop tôt peut-être mais, il faut savoir laisser le passer derrière soit et pensez à demain, cette année qui est passer à eu ces bons et mauvaix côté mais, l'espoir que demain sera meilleur doit toujours être dans nos coeurs.


2009 à tous



Repost 0
Published by Lisa - dans Fêtes
commenter cet article
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 13:50
LE POEME DU BONHEUR



On se persuade souvent soi-même que la vie sera meilleure après s'être marié, après avoir eu un enfant, et ensuite, après en avoir eu un autre...
Plus tard, on se sent frustré, parce que nos enfants ne sont pas encore assez grands et on pense que l'on sera mieux quand ils le seront.
On est alors convaincu que l'on sera plus heureux quand ils auront passé cette étape.
On se dit que notre vie sera complète quand les choses iront mieux pour notre conjoint, quand on possédera une plus belle voiture ou une plus grande maison, quand on pourra aller en vacances, quand on sera à la retraite...

La vérité est qu'il n'y a pas de meilleur moment pour être heureux que le moment présent.
Si ce n'est pas maintenant, quand serait-ce ?
La vie sera toujours pleine de défis à atteindre et de projets à terminer.
Il est préférable de l'admettre et de décider d'être heureux maintenant qu'il est encore temps.

Pendant longtemps, j'ai pensé que ma vie allait enfin commencer, ' La Vraie Vie ! 'Mais il y avait toujours un obstacle sur le chemin, un problème qu'il fallait résoudre en premier, un thème non terminé, un temps à passer, une dette à payer.
Et alors la vie allait commencer ! ! ! !

Jusqu'à ce que je me rende compte que ces obstacles étaient justement ma vie.
Cette perspective m'a aidé à comprendre qu'il n'y a pas un chemin qui mène au bonheur.
Le bonheur est le chemin.
Ainsi passe chaque moment que nous avons et plus encore : quand on partage ce moment avec quelqu'un de spécial, suffisamment spécial pour partager notre temps et, que l'on se rappelle que le temps n'attend pas.
Alors, il faut arrêter d'attendre de terminer ses études, d'augmenter son salaire, de se marier, d'avoir des enfants, que ses enfants partent de la maison ou, simplement, le vendredi soir, le dimanche matin, le printemps, l'été, l'automne ou l'hiver, pour décider qu'il n'y a pas de meilleur moment que maintenant pour être heureux.


LE BONHEUR EST UNE TRAJECTOIRE ET NON PAS UNE DESTINATION !

Il n'en faut pas beaucoup pour être heureux.
Il suffit juste d'apprécier chaque petit moment et de le sacrer comme l'un des meilleurs moments de sa vie.
La source de ce poème est inconnue, il apporte de la chance à qui le transmet.
Donne-le simplement à tes amis à qui tu souhaites de la chance.





Pour les femmes.

La beauté d'un femme n'est pas dans ses vêtements, ni le jolie minois
qu'elle affiche ou la façon dont elle se coiffe.

La beauté d'un femme doit être vue des ses yeux parce
qu'ils sont les portes de son coeur là où  l'amour réside.

La beauté d'un femme n'est pas dans un grain de beauté
bien placé sur le haut de ces lèvres.

La beauté d'un femme est réfléchie par son âme, l'amour qu'elle donne, la passion qu'elle démontre, les années qui passent l'embellissent.


A toutes les femmes transmettez ce message car toute les femmes sont belles chacune à leur manière.




Repost 0
Published by Lisa - dans Divers
commenter cet article
3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 16:09


CHANDELLE POUR LE CANCER



Tout ce qui est demandé c’est

de garder cette flamme en circulation

Même si ce n’est qu’une seule personne de plus.

Faites-le au nom d’un être cher qui a succombé au cancer.

Une chandelle ne perd rien lorsqu’elle sert a en allumer une autre.

S’il vous plaît, garder la flamme vivante !

Je vous demande donc de transmettre celle-ci.

Merci.

  

Repost 0
Published by Lisa - dans Divers
commenter cet article
3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 14:39

Petit clin d'oeil pour les amis que je connais, que j'ai connu et ceux que je rencontrerais un jour !



                                                
 

- Si les bisous étaient de l'eau, je te donnerais la mer

- Si les câlins étaient des feuilles, je te donnerais un arbre

- Si l'amitié était la vie, je te donnerais la mienne

- C'est la semaines des meilleurs amis(es)

Envoi ce messages à ceux que tu considères comme des amis, à moi si j'en fais partie.

S'il te reviens 3 fois c'est que tu es adorable... !!!

(Vous n'êtes pas obliger de le faire car c'était un texte que je voulais partager comme celui qui suit, j'espère que vous allez aimer.)




Un Simple copain, quant il vient chez toi, agit comme un invité.

Un véritable ami ouvre ton grigo et se sert.

Un simple copain ne t'as jamais vu pleurer.

Un véritable ami a les épaules trempées de tes larmes.

Un simple copain ne connaît pas les prénoms de tes parents.

Un véritable copain a leurs numéros de téléphone dans son carnet d'adresses.

Un simple copain apporte une bouteille de vin à tes fêtes.

Un véritable ami arrive tôt pour t'aider à cuisiner, et reste tard pour t'aider à nettoyer.

Un simple copain déteste quant tu appelles après qu'il soit allé se coucher.

Un véritable ami te demande pourquoi tu as mis tant de temps à appeler.

Un véritable ami s'informe de ta romantique histoire d'amour.

Un simple copain pourrait te faire du chantage avec.

Un simple copain pense que l'amitié est finie quant vous avez une dispute.

Un véritable ami t'appelle après une dispute.

Un simple copain s'attend à ce que tu sois toujours là pour lui.

Un véritable ami est toujours là pour toi.

Un simple copain lit ce message et le supprime.

Un véritable ami le fait passer et te le renvoie.




Pour tout les
amis que j'ai, ce que j'ai connu et perdu de vue, pour ceux que j'aurais dans l'avenir je vous le dédie, car l'amitié est la plus grande richesse ! bizou à tous !

                                                      


Pour faire rire un peu les filles et les garçons qui on le sens de l'humour !

> > Les hommes gentils sont laids.
> > Les hommes beaux ne sont pas gentils.
> > Les hommes beaux et gentils sont gays.
> > Les hommes beaux, gentils et hétérosexuels sont mariés.
> > Les hommes qui ne sont pas beaux, mais sont gentils n'ont pas d'argent.
>> Les hommes qui ne sont pas très beaux, mais qui sont gentils et ont de l'argent pensent que nous sommes uniquement intéressées par LEUR ARGENT.
> > Les hommes beaux qui n'ont pas d'argent sont uniquement intéressés par LE NOTRE.
>> Les hommes beaux qui ne sont pas très gentils, mais (malgré tout) hétérosexuels, ne nous trouvent pas suffisamment belles.
>> Les hommes (malgré tout) gentils, h
étérosexuels, qui ont de l'argent et qui nous trouvent belles, sont des porcs.
>> Les hommes (malgré tout) beaux, (malgré tout) gentils qui ont un peu d'argent (et grâce au ciel sont hétérosexuels) sont timides et NE FONT JAMAIS LE PREMIER PAS.
>> Les hommes qui ne font jamais le premier pas ne s'intéressent plus du tout à nous dès lors que nous prenons l'initiative de faire le premier pas.

>> Alors, je pose la question ....Y A T'IL QUELQU'UN SUR CETTE FOUTUE TERRE QUI ARRIVE A COMPRENDRE LES HOMMES ????

Pour toutes celles qui ont bien besoin de rire un peu. Les pauvres !!! et aussi à tous les mecs qui se plaignent eux aussi de ne rien comprendre aux femmes.(mais uniquement à ceux qui pourront le supporter) Bonne journée à vous!!!


                                                           

Repost 0
Published by Lisa - dans Divers
commenter cet article

 

Une étoile filante qui laisse derrière elle une longue traîne est une étoile qui apporte l'amour. 

 

Une étoile filante qui disparait en un instant est une étoile qui emporte tous tes soucis